L’éducation des Enfants et la base de leur formation par Shaykh Ferkous #2

fotor_144845586316430.jpg

As salamou 3alaykounna,

Nous allons continuer la lecture de « L’éducation des enfants et de leur base de formation  » du Shaykh Ferkous,  entamé dans cet article .

 

 

Bismi Llahi, Ar Rahmâni, Ar Rahîmi

Quelques obligations vis-à-vis de l’éducation de l’enfant et les moyens à même de former sa personnalité

Aussi, parmi les devoirs à l’égard de l’enfant et les méthodes à appliquer pour former sa personnalité : donner le bon exemple à suivre, avec qui il peut se guider durant sa première période de croissance intellectuelle, psychologique et morale. Cela, stimule ses connaissances et lui permet de recevoir le savoir à travers l’imitation.

Les parents viennent au premier degré des gens les plus rapprochés de l’enfant ; ils sont les deux éléments exemplaires pour lui. En effet, les parents sont d’une grande influence sur leur enfant sur le plan de la foi et de la religion au point même de pouvoir le dévier de la pure nature sur laquelle Allah عزَّ وجلَّ l’a créé et sur ce qu’il doit connaître sur l’Islam et son amour envers lui. Ainsi, ils sont la cause de sa bonté ou de sa corruption, de sa droiture ou de sa déviation, parce que l’enfant habituellement croit au comportement et à la conduite de ses parents. De ce fait, si leur comportement envers lui est conforme à la Charia, l’enfant s’en influence et tient à les imiter. Ceci devient, par conséquent, l’un des facteurs de la formation des notions de sa personnalité islamique.

Le poète a dit :  » L’enfant d’entre nous grandit.Sur ce que son père l’a habitué  » ( Tiré du recueil de poèmes d’Abou El-`Alâ’ El-Ma`arri dans son poème intitulé Qad Ikhtalla El-Anâm.)

En effet, le bien est original chez le nouveau-né, le mal est adventif et sa disposition au bien est parfaite. Le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dit : « Chaque enfant vient au monde en ayant la foi authentique. Mais ce sont ses parents qui le judaïsent, le christianisent ou en font un mazdéen. De même, tout animal naît dans toute son intégrité. En avez-vous vu un animal quelconque naître les oreilles coupées ? ».
Ensuite, Abou Hourayra رضي الله عنه a dit : lisez si vous voulez :
﴿فِطْرَتَ اللهِ الَّتِي فَطَرَ النَّاسَ عَلَيْهَا لاَ تَبْدِيلَ لِخَلْقِ اللهِ﴾ [الروم: 30].
Sens du verset :
﴾…telle est la nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes, pas de changement à la création d’Allah…﴿ [Er-Roûm (Les Romains) : 30]( Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Funérailles » (hadith 1358), par Mouslim, chapitre du « Destin » (hadith 6926), Ahmad (hadith 7928) et par El-Bayhaqi (hadith 12499), d’après Abou Hourayra رضي الله عنه)

Ce hadith montre que les gens sont nés d’une nature pure et en pleine disposition au bien et à la bonté, conformément à la parfaite création d’Allah, et que la défectuosité vient des actes de l’homme. Donc, il est obligatoire d’écarter de l’enfant ce qui le corrompra et ce qui désolera son caractère et sa nature, pour qu’il ne soit pas une proie à la déviation, à l’égarement et aux mauvaises mœurs.

De cela se manifeste l’ampleur de la responsabilité des parents s’ils manquent à l’enseignement des normes de la religion et de ses préceptes à leur enfant, faillissent à son éducation intellectuelle et spirituelle, le livrent aux idées déviantes ou le laissent devenir une proie à une société où se propage les croyances juives, chrétiennes ou mazdéennes et d’autres doctrines impies et égarées. L’enfant se déviera, alors, à cause du manquement des parents à l’éducation de leur enfant et le fait qu’ils se soient détournés de sa réforme et de son orientation. Ceci est sans doute l’un des facteurs qui entraînent la perdition de l’enfant, la corruption de ses moralités et la dépravation de sa personnalité. Ainsi, l’enfant grandira comme un orphelin et vivra comme un vagabond, ce qui l’induira au danger de la corruption et de la criminalité. Et qu’Allah عزَّ وجلَّ fasse miséricorde à celui qui a dit :
L’orphelin n’est pas celui dont les parents
Ont quitté ce monde et l’ont laissé humilié
L’orphelin est, plutôt, celui qui a une mère qui l’a
Délaissé ou un père qui ne s’est pas préoccupé de lui( Tiré du recueil de poèmes de Ahmad Chawqi avec quelques modifications dans le poème qu’il a prononcé à l’occasion d’une fête au cercle de l’École Supérieure des Enseignants. Ce poème est intitulé : El-`Ilm Wat-Ta`lîm Wa Wâdjib El-Mou`allim.)

En outre, ce qui rend l’enfant plus corrompu et menace son avenir de déviation est le fait que ses parents mènent une vie marquée par les péchés et la dépravation et prennent la voie d’égarement et de dissolution morale. Les parents [dans ce cas] n’ont pas cette disposition à l’éduquer et à le réformer, car ils ont, eux-mêmes, besoin de réformer leur comportement et leur conduite. Ainsi, la déviation de leur enfant prendra de l’ampleur et il se mettra, par conséquent, à commettre davantage d’interdits et de crimes, comme l’adage le dit , quand est-ce que l’ombre se redresse si le bâton est courbé ?! Et quelle excellente parole celle dite par un homme. Il a dit :
Une plante qui pousse dans un jardin verdoyant
N’est point pareille à celle poussant en un lieu vacant
Comment penser du bien, alors, des enfants
Qui ont grandi dans les bras des ignorantes
Comment espère-t-on la perfection des enfants
Qui sont allaités par des femmes déficientes ( Tiré du recueil de poèmes de Ma`roûf Er-Rassâfi avec quelques modifications. Ce poème est intitulé : Et-Tarbiya Wal-Oummahât.)

Ceci rend les parents responsables devant Allah عزَّ وجلَّ, parce qu’ils ont contribué au changement de la nature de leur enfant, de son état original vers la déviation et l’égarement. Leur responsabilité se confirme par le hadith du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم: « Vous êtes tous responsables et vous serez tous interrogés à propos de votre responsabilité. Le gouvernant est responsable de ses sujets et il sera interrogé à propos d’eux ; l’homme est responsable de sa famille et il sera interrogé à propos d’elle ; et la femme est responsable de ses enfants et de la demeure de son mari et elle en sera interrogée »( Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Jugements » (hadith 7138), par Mouslim, chapitre de la « Gouvernance » (hadith 4828), par Abou Dâwoûd, chapitre d’« El-Kharâdj » (le tribut) (hadith 2930) et par Et-Tirmidhi, chapitre du « Djihad » (hadith 1806), d’après `Abd Allâh Ibn `Omar رضي الله عنهم)

Aussi, la responsabilité exige à ce que l’enfant soit entraîné par ses parents de manière à acquérir le savoir, en lui enseignant la récitation et la mémorisation du Coran, vu que celui-ci est le fondement de l’Islam et la référence de la religion. Aussi, l’enfant doit être éduqué à apprendre quelques hadiths et invocations rapportés qui se disent dans les différentes occasions : au sommeil, au réveil, à l’écoute de l’appel à la prière, au début et à la fin de chaque prise de repas, en sortant et en entrant à la maison ( Rapporté par El-Boukhâri, chapitre des « Jugements » (hadith 7138), par Mouslim, chapitre de la « Gouvernance » (hadith 4828), par Abou Dâwoûd, chapitre d’« El-Kharâdj » (le tribut) (hadith 2930) et par Et-Tirmidhi, chapitre du « Djihad » (hadith 1806), d’après `Abd Allâh Ibn `Omar رضي الله عنهما.
(9) Quant au hadith : « Lorsqu’un homme rentre chez lui, qu’il dise : Seigneur, je Te demande de m’accorder le bien de la rentrée et le bien de la sortie. Au nom d’Allah, nous sommes rentrés et au nom d’Allah nous sommes sortis. À Allah, notre Seigneur, nous nous en remettons. Puis, qu’il adresse une salutation à sa famille », sa chaîne de narration est inauthentique. Ibn Hadjar l’a considéré, dans son œuvre Natâ’idj El-Afkâr (1/172), comme Gharîb (étrange). El-Albâni l’a considéré comme Dha`îf (faible) dans Ed-Dha`îfa (hadith 5832) et El-Kalim Et-Tayyib (62). Mais il est rapporté par Mouslim (hadith 5381), chapitre des « Boissons », d’après Djâbir Ibn `Abd Allâh رضي الله عنهما, qui a entendu le Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم dire : « Quand l’homme entre dans sa maison et prononce le nom d’Allah à son entrée et au début de son repas, Satan dit [à ses compagnons] : « Vous n’avez dans cette maison ni un lieu où passer la nuit, ni de quoi dîner ». Et quand il entre sans prononcer le nom d’Allah, Satan leur dit : « Vous êtes arrivés au lieu où vous pouvez passer la nuit ». Quand il ne prononce pas le nom d’Allah au début de son manger, Satan leur dit : « Vous voilà arrivés au lieu où vous avez pour cette nuit le gîte et le couvert »») en éternuant et bien d’autres.

Également, il est recommandé d’affermir la relation de l’enfant avec les notions islamiques qui vont dans le sens de la révélation comme l’expression de la sincérité Chahâda (Il n’y a pas de divinité qui est digne d’adoration mis à part Allah) et les Beaux Noms (d’Allah عزَّ وجلَّ) ainsi que quelques signes de l’Islam pour qu’il s’y adapte et que son cœur s’attache à leurs sens et lui enseigner les prescriptions de l’Islam en fonction de son esprit.

Voilà,  rendez vous dans quelques jours,  bi idhni llah,  pour la dernière partie de cette lecture !

Par Oum Assiya

Publicités

Une réflexion sur “L’éducation des Enfants et la base de leur formation par Shaykh Ferkous #2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s